Actualités de la campagne électorale

A

.

.

DERNIERE RÉUNION PUBLIQUE SAMEDI 7 MARS EN PRÉSENCE DE JÉRÔME YANEZ

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU 6 MARS 2020

Le Jeudi 5 mars, le débat organisé par « Make.org » et retransmis en direct sur TV7 qui a réuni 7 des 9 candidats aux élections municipales de Bordeaux, a permis de traiter 5 thèmes sur les 7 prévus au programme.

Tous les sujets traités avaient un rapport direct ou indirect avec l’environnement. Je regrette que les organisateurs aient modifié l’ordre des questions à débattre. La cinquième et dernière question aurait dû porter sur le logement en général et la proposition d’encadrement des loyers. A la place les candidats ont dû plancher sur la collecte et le recyclage des mégots de cigarettes.

Depuis le mois d’octobre les équipes du temps des Bordelais sont à la rencontre des habitants. Ils nous ont fait part de leurs préoccupations et de leurs envies pour notre ville. Nous les avons déclinées alors sous forme d’affiches.

  • Envie de changement
  • Devoir d’écologie
  • Besoin de se loger
  • Besoin de se déplacer

Enfin, le format très rigide de l’émission ne prévoyait pas un temps de libre expression aux candidats pour conclure et pour transmettre un message aux électeurs. Je le regrette parce qu’il y avait beaucoup à dire sur ce thème de l’écologie appliquée à notre ville.

Quelles que soient les actions ponctuelles mises en place à Bordeaux, cela n’aura aucun effet sur l’avenir de notre planète et le devenir de l’humanité tant que nous ne remettrons pas en cause au niveau national :

  • L’ultralibéralisme
  • La libre circulation des capitaux, des biens, des services et des personnes
  • Le libre échange sans règles ni protections
  • Le productivisme comme finalité à toute politique économique
  • L’agriculture intensive au détriment de l’agriculture familiale et raisonnée.

Ces politiques peuvent s’imposer à nous et contre notre volonté parce qu’il n’existe plus d’état Français.

Notre politique est soumise à l’Union européenne qui impose aux états membres des directives qui appauvrissent les populations et qui génèrent une pollution qui représente « d’après certaines études » la majorité des phénomènes globaux observés.

De tous les candidats présents à ce débat, je suis le seul qui remets en cause notre appartenance à l’Union européenne. C’est-à-dire à une entité supranationale, non élue, qui impose aux peuples des pays européens une politique contraire à ses intérêts et à la survie de notre planète.

FRANCOIS ASSELINEAU A BORDEAUX DU 12 AU 15 FEVRIER 2020

MERCREDI 12 FEVRIER
François Asselineau est l’invité de l’émission « Ça reste en off« , dans les studios d’O2 Radio à Cenon. L’émission sera diffusée en direct le mercredi 12 février sur les ondes, 91.3FM, le site o2radio.net, ainsi qu’en live vidéo YouTube et Facebook.

« Ça reste en off » est une émission hebdomadaire de débats sur l’actualité, réunissant acteurs locaux et nationaux: des chroniqueurs bordelais échangent avec un invité politique de notoriété nationale chaque semaine.

François Asselineau en sera donc l’invité, en direct de nos studios, pour une heure d’échanges autour de l’Europe, alors que le Brexit vient de se concrétiser.

JEUDI 13 FEVRIER
10h à 13h Halles de Bacalan – Esplanade de Pontac

VENDREDI 14 FEVRIER
Grande réunion publique avec la participation de François Asselineau à partir de 18h.
Mairie annexe de Saint-Augustin, Place de l’Eglise.
(TRAM A arrêt Saint-Augustin puis remonter l’allée des Peupliers).
18h00 Prise de parole d’Olivier Loisel, délégué régional Aquitaine de l’UPR
18h15 Prise de parole de Julia Vincenzi
18h30 Prise de parole de Gilles Garçon – Présentation du programme
19h30 Questions des Bordelais
20h00 Discours de François Asselineau
21h00 Buffet et dégustation du vin de notre ami et adhérent Paul Barre, responsable du secteur 10-11 et viticulteur à Fronsac.
22h00  Fin de la soirée

SAMEDI 15 FEVRIER
10h à 12h30 Marché des Capucins à Bordeaux.

REPAS VEGETARIENS DANS LES CANTINES DES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES


La position de la liste
« LE TEMPS DES BORDELAIS »

Le vote de la loi pour une alimentation saine, durable et accessible à tous prévoit que la France propose dans toutes ses écoles, au plus tard en novembre 2019, un repas végétarien par semaine. Plusieurs associations estiment que ce sont deux repas végétariens par semaine qu’il faut servir d’ici 2020, car il est important de réduire de 50 % la consommation et la production de viande et de produits laitiers d’ici à 2050.
L’association Végétarienne de France présidée par Madame Sarah Champagne nous a adressé un questionnaire concernant une offre de repas végétariens dans les établissements scolaires.
Nous reproduisons ci-dessous notre courrier in extenso à cette association.

Madame,
Vous trouverez en pièce jointe, la réponse à votre questionnaire concernant une offre de repas végétariens pour les cantines scolaires.
Je dois y apporter quelques compléments d’informations. Notre liste « LE TEMPS DES BORDELAIS » s’est fixée comme priorité de pouvoir fournir des produits de qualité, en circuit courts et si possible en agriculture Bio ou en agriculture raisonnée. Vous pouvez prendre connaissance de nos propositions dans le chapitre – Qualité de vie /Environnement – de notre programme.
http://letempsdesbordelais.fr/#
Je reproduis ci-dessous une proposition de notre liste, qui répond en partie à vos préoccupations

(…) POUR UNE ALIMENTATION SAINE
Nous commanderons une étude de faisabilité sur un grand projet tendant vers l’autonomie alimentaire de la ville (dans un premier temps pour les fruits et les légumes). Nous réaliserons le jumelage de Bordeaux avec une ou plusieurs communes rurales du département. En coordination avec les organisations syndicales qui développent la filière biologique, nous proposerons la création d’une ferme municipale en un ou plusieurs lieux (par la création, le rachat ou une prise de participation dans une ou plusieurs exploitations existantes). Nous envisagerions, dans le même esprit, la création d’une pépinière municipale. Ces projets s’inscrivent dans une logique de résistance à la mondialisation et aux effets dévastateurs de la politique imposée par Bruxelles.

Elle aura pour effets collatéraux aux objectifs recherchés :
• De lutter contre la désertification de la ruralité par la création d’une zone
d’activité pérenne.
• D’assurer des débouchés et donc des revenus décents aux agriculteurs.
• De repeupler le ou les villages dans lesquels nous créerons une activité.
• De remettre en place une économie locale, et d’y maintenir les services publics.
• De développer l’aspect « ferme école » pour les activités périscolaires des écoliers Bordelais.
• De devenir un outil de réinsertion sociale.
• De fournir les surplus de production aux épiceries solidaires et aux associations venant en aide aux plus démunis.

Ce projet aura pour objet principal de permettre de servir dans les cantines scolaires ainsi que pour les repas en portage aux séniors, des fruits et légumes frais, bio, en circuit court. (…)

Nous retenons très naturellement votre proposition bi-hebdomadaire d’au moins un menu végétarien dans les établissements scolaires. Cela vaut aussi pour les repas en portage destinés aux personnes âgées ainsi que pour les étudiants en université ou pour les repas servis dans les maisons de retraite.
Pour nous, la priorité n’est pas de choisir entre tel ou tel type d’alimentation mais de faire le choix d’une alimentation saine et à ce stade de l’évolution de l’agriculture en France, je ne pense pas que nous avons les capacités pour répondre à la demande en aliments frais issus de l’agriculture biologique.
Enfin nous avons bien conscience qu’il est nécessaire de diminuer l’alimentation carnée pour des raisons environnementales mais aussi de santé.
Le végétalisme est à la fois une pratique alimentaire et une orientation de consommation. Il relève d’un choix personnel et ne peut avoir pour objet de s’imposer à autrui. Cette pratique n’est pas sans danger pour la santé des enfants, dès lors que les parents qui font ce choix ne sont pas parfaitement informés, formés et suivis par un professionnel de la santé. Le rôle de l’état et des collectivités locales dans ce domaine est d’assurer une alimentation saine et équilibrée qui fasse, aujourd’hui, consensus auprès des nutritionnistes et de l’académie de médecine.

Bien cordialement
Gilles Garçon

 

COMMUNIQUE DE PRESSE
DU 21 DECEMBRE 2019

Le résultat du sondage IPSOS-SOPRA-STERIA paru dans SUD-OUEST le 19 décembre 2019 ne
mentionne toujours pas la candidature de Gilles Garçon
, pourtant annoncée le 5 octobre par François Asselineau, président de l’UPR et confirmée localement le 12 décembre. Dans un post FACEBOOK en date du samedi 14 décembre, notre candidat dénonçait les conditions de
réalisation du sondage en question, ayant été lui-même interrogé par l’institut IPSOS.

Le temps des Bordelais regrette le manque de pluralité dans la presse locale et dénonce les enquêtes d’opinion qui orientent les intentions de vote en ne présentant pas la liste complète des candidats déclarés.

Le choix ne peut se limiter entre : Nicolas Florian qui perpétue un système qui perdure depuis trop longtemps et Pierre Hurmic dont on connaît déjà les effets de la politique municipale qu’il mettra en œuvre puisque c’est exactement celle qui est appliquée à Paris, ville cogérée par les socialistes et les écologistes. Une politique qui en 18 ans aura profondément abimé la capitale et qui aura eu pour effet de faire fuir de nombreux habitants exaspérés dont beaucoup, se sont installés à Bordeaux.

https://www.sudouest.fr/2019/12/19/municipales-a-bordeaux-un-match-entre-nicolas-florian-et-pierre-hurmic-se-dessine-selon-notre-sondage-6977458-2780.php?fbclid=IwAR0jy7w5yByuI-wintsd-8hOjy5h_5lb90fYVio39YtIxOzBKXcZDyCRz4Y

 

RÉUNIONS PUBLIQUES
LE TEMPS DES BORDELAIS

Gilles GARÇON, tête de liste et Julia VINCENZI numéro 2 de la liste, vous invitent à venir échanger avec les colistiers de la liste « LE TEMPS DES BORDELAIS » lors des réunions publiques dont vous trouverez les dates et les lieux ci-dessous.

Nous vous attendons nombreuses et nombreux

Le 21 janvier 19 h – « salle SAUMENUDE » 16 rue saumenude

Le 5 février 18h – « salle Grand-Parc » Place de l’Europe

Le 14 février 18 h – avec François ASSELINEAU
« Mairie de quartier St Augustin » Place de l’Eglise

Le 21 février 19 h – « Maison Cantonale » 50 rue de Nuits

 

 

campagne d’AFFICHAGE
DÉCEMBRE 2019

Depuis sa création, l’UPR subit un boycott organisé et concerté des grands médias. Nombreux, aujourd’hui, sont les journalistes qui nous confirment en « OFF » qu’ils reçoivent bien des directives de leurs rédactions, les informant qu’aucun article sur l’UPR ne sera publié.

C’est la raison pour laquelle, depuis 2007, l’UPR s’adresse aux français par l’affichage de rue. Pour cette campagne des municipales à Bordeaux et tant que l’omerta médiatique continuera, nous utiliserons ce moyen pour informer nos concitoyens.

DÉBAT CITOYEN
UNION EUROPÉENNE OU ÉCOLOGIE, QUEL EST VOTRE CHOIX ?

Une conscience des enjeux environnementaux se développe rapidement dans notre pays. Les citoyens et en particulier la nouvelle génération, perçoivent désormais l’impact du changement climatique dans leur quotidien (inondations, fonte des glaces, etc.). Nos modes de vie et de production doivent être repensées, mais ce sont surtout nos modèles économiques qu’il faut changer.
Au cours de cet exposé, présenté par Paul Barre, nous découvrons où se situent les freins au changement de paradigme. A quelques mois des élections municipales, il nous semble important de porter un discours vrai et honnête, parfois différent de l’écologie politique et dogmatique et toujours étranger à l’écologie spectacle.
Nous vous invitons à participer à ce débat citoyen qui se déroulera mercredi 11 décembre à l’Athénée municipal de Bordeaux à 19h (Place Saint-Christoly)

 

TRACT – ÉCOLOGIE D’AVENIR

60 000 tracts SERONT distribués DEBUT 2020


 

AFFICHE PRE-CAMPAGNE


Tract annonce de candidature

60 000 tracts distribués en decembre 2019


Communiqué de presse du 9 décembre 2019

Annonce de notre candidature

Défiler vers le haut